Les représentations de la Suisse à l’étranger

La constitution fédérale de 1848 a prescrit qu’il revient à la Confédération de représenter la Suisse et ses ressortissants à l’étranger. A l’heure actuelle, plus de 170 représentations suisses à l’étranger suivent les événements sur place, entretiennent des contacts avec des instances gouvernementales et favorisent les échanges culturels, sportifs et scientifiques.

La politique étrangère devient l’affaire de la Confédération

La Constitution de 1848 a donné à la Confédération la compétence de sauvegarder les intérêts de la Suisse à l’étranger. La même année voyait la création du Département politique fédéral (DPF). Le conseiller fédéral Jonas Furrer (1848-60) en a été le premier titulaire. Jusqu’au début de la Première Guerre mondiale, les chefs de ce département changeaient tous les ans et assuraient simultanément les fonctions de président de la Confédération. Seules exceptions, les années 1887-1892 sous la présidence du conseiller fédéral Numa Droz et les années 1893-1896 sous la présidence du conseiller fédéral Adrien Lachenal. Les fonds Affaires étrangères (1518-1971) et du Département politique fédéral (1848-1962) renferment des documents relatifs à ces actions.

Premières représentations suisses au 19e siècle

Dans un premier temps, la Suisse s’est contentée des représentations existantes à Paris (1798-1995) et à Vienne (1798-2000). En 1860, le Conseil fédéral a nommé un ambassadeur dans le Piémont avec une représentation suisse correspondante à Turin (1848-1984). Berlin (1866-1977) est venue s’ajouter en 1867, suivie par Londres (1846-2000) et Buenos Aires (1855-1995). La raison de la création de ces nouvelles représentations tient aux guerres menées par l’Italie et la Prusse, à l’intensification des relations commerciales et à l’émigration suisse vers l’Amérique du Sud.

Le fonds Affaires étrangères (1518-1971) conserve d’autres documents sur les premières représentations.

Extension des représentations suisses au 20e siècle

La première phase d’extension a eu lieu après la Première Guerre mondiale. De nombreuses représentations ont été ouvertes sous la présidence du conseiller fédéral Giuseppe Motta, chef du Département politique fédéral entre 1920 et 1940, par exemple à Belgrade (1908-1996), à Athènes (1919-2001) et à Ankara (1919-1992). D’autres informations figurent dans les documents privés de la succession Giuseppe Motta (1834-1990) et dans les Documents de travail personnels de Giuseppe Motta (1909-1939).

La deuxième phase d’extension se situe après 1945 : la Suisse a ouvert des représentations diplomatiques dans les Etats libérés par les Alliés ainsi que dans les Etats ayant accédé à l’indépendance. De nouvelles représentations s’y sont ajoutées jusqu’en 1990, entre autres en réaction à l’intégration croissante de la Suisse aux réseaux économiques internationaux.

La Suisse est actuellement représentée à l’étranger par près de 170 représentations officielles. Avec l’extension du réseau des ambassades suisses, celles-ci ont vu le nombre de tâches augmenter, par exemple pour la protection des intérêts d’entreprises suisses ou encore lors de l’assistance à des personnes privées lors de la restitution de leurs biens. Les rapports relatifs aux domaines politique et militaire transmis par les représentations suisses donnent un bon aperçu de l’évolution des questions majeures et des débats actuels correspondants (1848-1965, 1966-78 et 1979-1990).

Adaptation du réseau de représentations suisses dès 1990

Depuis 1990, la présence officielle de la Suisse a été réduite aux États-Unis et en Europe de l’Ouest, notamment de part de la facilité des possibilités de déplacements ainsi que des progrès techniques et technologiques liés à l’offre de prestations consulaires. L’ouverture de nouvelles représentations en Europe centrale et en Europe de l’Est témoigne des changements structurels consécutifs à la chute du mur de Berlin et à l’éclatement de la Yougoslavie.

Le réseau de représentations de la Suisse a également été étendu dans les capitales et grandes villes de pays émergents alors que l’intensification de la mondialisation et des échanges avec de nouveaux partenaires, notamment en Asie, se reflète dans les ouvertures de représentations survenues depuis le milieu de la première décennie du 21e siècle.

Le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) analyse de manière constante le fonctionnement et la pertinence du réseau extérieur et procède aux adaptations nécessaires en fonction des priorités définies par la stratégie de politique étrangère et du cadre budgétaire fixé.

Astuces de poursuite des recherches

  • Dictionnaire historique de la Suisse avec articles entre autres sur la politique étrangère et la diplomatie.
  • Site Internet du Département fédéral des affaires étrangères, Représentations et Histoire du DFAE : autres informations sur le thème de la représentation d’intérêts et de l’entretien de relations par la Suisse à l’étranger.
  • Documents Diplomatiques Suisses avec de nombreux documents numérisés et classés par thèmes sur la politique étrangère suisse depuis 1848 sur la base de données Dodis dont beaucoup ont été rédigés ou reçus par les représentations de la Suisse à l'étranger (carte). Dodis comprend également de nombreuses informations sur les diplomates et leurs représentations respectives.

Dernière modification 25.01.2018

Début de la page

Contact

Archives fédérales suisses

Archivstrasse 24
3003 Berne

Tél.
+41 58 462 89 89

E-mail

Heures d'ouverture salle de lecture

Ma-Je, 09h00 - 19h00

Détails et fermetures

Imprimer contact

Carte

Archives fédérales suisses

Archivstrasse 24
3003 Berne

Afficher la carte

Imprimer contact

https://www.bar.admin.ch/content/bar/fr/home/recherche/recherche/themes/die-schweizer-aussenpolitik-seit-1848/die-schweizer-vertretungen-im-ausland.html