La bataille de Solferino du 24 juin 1859 et Henry Dunant

„Ici est un soldat, entièrement défiguré, dont la langue sort démesurément de sa mâchoire déchirée et brisée; il s'agite et veut se lever, j'arrose d'eau fraîche ses lèvres desséchées et sa langue durcie; saisissant une poignée de charpie, je la trempe dans le seau que l'on porte derrière moi, et je presse l'eau de cette éponge dans l'ouverture informe qui remplace sa bouche." Dans son ouvrage intitulé « Un souvenir de Solferino » paru trois ans après cette célèbre bataille, c'est en ces termes que Henry Dunant, un homme d'affaires genevois, décrit la souffrance des 40'000 blessés après la victoire des troupes italiennes et françaises sur les Autrichiens.

Au printemps 1859 Henry Dunant était en voyage d'affaires dans le territoire italien en guerre et il fut le spectateur des conséquences dramatiques de la bataille de Solferino. Consterné par l'insuffisance des services sanitaires, il organisa les soins aux blessés. Suivant la devise « Siamo tutti fratelli », il acquit rapidement le soutien de la population - les blessés italiens, français ou autrichiens furent tous soignés de la même manière dans les jours qui suivirent.

En 1862 Henry Dunant publia le texte cité ci-dessus. Dans cet ouvrage il décrivit non seulement ses expériences, mais posa également une question d'une importance insoupçonnée : „N'y aurait-il pas moyen de constituer des sociétés de secours dont le but serait de faire donner des soins aux blessés, en temps de guerre, par des volontaires zélés, dévoués, et bien qualifiés pour une pareille œuvre?"

Les souvenirs de Dunant eurent un grand retentissement dans toute l'Europe. Le Genevois retint aussi l'attention de Guillaume-Henry Dufour (1787-1875), qui, en tant que général suisse, jouissait d'une grande réputation. Ensembles, avec encore le juriste Gustave Moynier (1826-1910) et les chirurgiens Louis Appia (1818-1898) et Théodore Maunoir (1806-1869), Dunant et Dufour fondèrent le „Comité international de secours aux militaires blessés" le 17 février 1863.

Dans l'idée d'amener à la création de sociétés de secours nationales et de conférer au personnel sanitaire en temps de guerre un statut neutre, le Comité mit sur pied une conférence qui se tint à Genève le 26 octobre 1863 et à laquelle participèrent seize gouvernements et quatre organisations privées. Les décisions de cette conférence, ainsi que de celle qui fut ensuite mise sur pied par le Conseil fédéral suisse en août 1864, amenèrent à la signature de la « Convention de Genève pour l'amélioration du sort des militaires blessés dans les armées en campagne » par douze Etats. Avec le „Comité international de secours aux militaires blessés" (depuis 1875 „Comité international de la Croix-Rouge") les initiants posèrent la première pierre d'une institution, qui imprègne la perception que l'on a de la Suisse à l'étranger jusqu'à aujourd'hui encore.

Les documents choisis illustrent les observations d'un médecin divisionnaire suisse, qui fut détaché en Italie sur le théâtre des opérations auprès des établissements sanitaires en 1859, et ils donnent un aperçu de la correspondance échangée entre les représentants du Comité, du gouvernement suisse et de militaires au sujet des conférences de 1863 et 1864. Les documents sont libres d'accès et les originaux peuvent être consultés dans les salles de lecture des Archives fédérales suisses.

Informations complémentaires

Contact

Archives fédérales suisses

Archivstrasse 24
3003 Berne

Tél.
+41 58 462 89 89
Fax
+41 58 462 78 23

E-mail

Heures d'ouverture salle de lecture

Ma-je, 09h00 - 19h00

Détails et fermetures

Imprimer contact

Carte

Archives fédérales suisses

Archivstrasse 24
3003 Berne

Afficher la carte

Imprimer contact

https://www.bar.admin.ch/content/bar/fr/home/prestations-publications/publications/actualites-de-l-histoire/la-bataille-de-solferino-du-24-juin-1859-et-henry-dunant.html